Le Chemin de la Croix – Paul Claudel – Claude Gruer

Le Chemin de Croix de Claude Gruer
&
Le Chemin de la Croix de Paul Claudel

Le Chemin de la Croix
de Paul Claudel

« Jésus n’est pas venu pour détruire la croix, mais pour s’étendre dessus ».

« A cette question terrible, la plus ancienne de l’humanité à la quelle Job a donné sa forme quasi officielle et liturgique, Jésus répond. Le Fils de Dieu n’est pas venu pour détruire la souffrance, mais pour souffrir avec nous. Il n’est pas venu pour détruire la croix, mais pour s’étendre dessus. De tous les privilèges spécifiques de l’humanité, c’est celui-là qu’il a choisi pour lui-même, c’est du côté de la mort qu’il nous a appris qu’il était le chemin de la sortie et la possibilité de la transformation. L’interrogatoire était si énorme que le Verbe seul pouvait le remplir en fournissant non pas une explication, mais une présence, c’est-à-dire remplacer par sa présence le besoin même d’explication ». (cf Mt 5, 17).
Paul CLAUDEL

PAUL CLAUDEL, un homme de prière.

Paul CLAUDEL était un priant. Il allait à la messe chaque jour, disait son chapelet, suivait chaque vendredi le chemin de croix et faisait oraison dans l’église de BRANGUES où il ne voulait rien perdre de « cette inestimable demi-heure ». N’a-t-il pas pensé devenir moine en faisant un essai à SOLESMES puis à LIGUGE en 1900 ?

Sa vie est restée marquée par ces deux expériences : oblat du monastère de Ligugé, il récite son bréviaire tous les jours, mais surtout il pratique assidûment la Lectio Divina. Il n’a pas été favorisé d’expérience mystique ou de révélations particulières ; c’est un caractère très réaliste, mais il a puis ses intuitions dans la Parole de Dieu, la vie sacramentelle proposée par l’Église et sa propre vie de prière.

Claudel a cherché à partager son expérience de prière. Il a entretenu une correspondance avec des convertis ou des chercheurs de Dieu du renouveau catholique qui s’est fait jour durant la première moitiés du XXe siècle. Véritable père spirituel pour certains, il a saisi combien nous avons besoin de maîtres qui soient aussi des témoins. Il n’a pas hésité, comme saint Paul, à proposer son exemple personnel. Conscience de sa vocation de baptisé, il a été véritablement en mission auprès de ses frères écrivains d’abord et envers tous ensuite particulièrement à travers son œuvre.

Le Chemin de la Croix – suite de 14 poèmes – de Paul Claudel

Paul CLAUDEL écrivit ce Chemin de la Croix en 1911 à son retour en France après 13 ans passé en Chine. Revenir de l’autre bout du monde en Europe, c’était aussi revenir au cœur du christianisme. De ce fait, Claudel apportait beaucoup d’importance à ce texte qu’il avait écrit avec cœur afin d’y exprimer toute la ferveur de sa foi en Jésus, Christ et Seigneur, Sauveur du monde.

Écrit comme une prière, il voulait que ce texte, qui est une longue méditation sur la passion du Christ, soit dit à l’heure du chemin de croix ou, tout au moins, dans un contexte religieux et priant. Le Pape Jean-Paul II ne pouvait mieux satisfaire la volonté de l’auteur, en faisant lire cette méditation au cour du Chemin de Croix du Vendredi Saint de l’Année Jubilaire 2000 au Colisée à Rome.

C’est dans une suite logique que le sculpteur de l’Abbaye de Solesmes, Claude Gruer, accepta en 1976 de publier une version du « Chemin de la Croix » de Paul Claudel, illustrée de ses sculptures de Chemins de Croix (Edition : Normand et cie). C’est en hommage à cette œuvre que nous vous proposons de suivre le chemin de Croix de Claude Gruer de l’église de Wimereux, avec la méditation de Paul Claudel.