MENUMENU
Se Souvenir, Vivre ensemble, Transmettre...

Restauration

INTRODUCTION

Une restauration, pourquoi ?

Le constat / Les dégradations

Les vents marins et l’air salin attaquent ce bel édifice en pierres du pays (Baincthun, Marquise). Les fuites de la couverture en ardoises abîment les lambris de la voûte. Des lézardes fragilisent les contreforts et le clocher.

Les murs extérieurs et intérieurs se désagrègent. La peinture intérieure (1957, 1982) enferme l’humidité dans la pierre calcaire, phénomène aggravé par l’accumulation de vapeur d’eau du chauffage au gaz. Les vitraux sont en péril, déformés par des ferrures oxydées et dilatées.

La réaction

En 2013, l’Association a été créée, répondant à l’inquiétude d’un groupe de Wimereusiens préoccupés par le mauvais état de santé de l’édifice.

Et cela après que soit connu le coût des soins à apporter, qui dépassait les capacités de la commune, propriétaire du bâtiment. L’urgence aujourd’hui de restaurer ce patrimoine a été confirmée en 2016 après l’expertise d’Etienne Sintive, architecte du patrimoine et conseiller technique de la Ville.

L’intérêt humain

Des moments importants de l’histoire de Wimereux, et de l’histoire privée des familles qui ont construit et fréquenté cette église, s’y sont déroulés. Ces familles sont parfois maintenant dispersées dans l’ensemble de la région. Et de ce fait, cet édifice est le témoin précieux de ces moments qui sont chers aux cœurs des Wimereusiens et des habitants des Hauts-de-France.

De nombreuses personnes d’horizons bien différents, même étrangers, ont aussi appris à l’apprécier.

La restauration de cet édifice ne profitera donc pas qu’à un petit cercle restreint de privilégiés. Elle profitera aussi aux touristes, en quête d’art ou de spiritualité, fréquentant de plus en plus la Côte d’Opale, le Grand Site de France des Deux-Caps, et la station balnéaire de Wimereux, et aussi naturellement à ceux qui fréquentent régulièrement l’église dans le cadre de son affectation cultuelle. Plus de 100 à 200 personnes par semaine fréquentent ce lieu public, et parfois jusqu’à 500 personnes par semaine dans la période estivale à haute fréquentation touristique, ou lors de certaines fêtes.

L’intérêt artistique

Trésor emblématique de Wimereux depuis 150 ans, l’église de l’Immaculée Conception, de style « XIIIe siècle » (néo-gothique administratif), a été édifiée avant la création de la commune le 17 novembre 1866 par l’abbé Lebègue, curé de Wimille, puis agrandie en 1904. Elle a souffert de tirs d’obus à la libération en septembre 1944. Couverture et maçonnerie sont refaites en 1953-54. L’aménagement intérieur est modernisé (1958- 1967), par le curé, le R.P. Henry Delpierre.

Du mobilier d’avant-guerre demeurent la splendide voûte en berceau ogival lambrissée peinte en 1886 par l’Abbé Hoffmann (et en 1939 pour l’extension de 1904), l’orgue de facture anglaise (1870) classé Monument Historique (1987) et restauré (1998), des statues (Notre-Dame de Boulogne, le calvaire), les stalles (1906) et les lambris du choeur (1938). A partir de 1958 s’ajoutent : les vitraux de Henry Lhotellier et Maurice Rocher, des sculptures de Jean Lambert-Ruccki, Nicole Hémard, et Claude Gruer.

EXPERTISE DE L’ARCHITECTE DU PATRIMOINE

ETAT DES LIEUX EN PHOTOS