L’Abbé Gustave Lebègue

L’abbé Gustave Lebègue

Vous retrouverez la période de l’histoire de l’église de l’Immaculée-Conception concernant l’Abbé Lebègue au chapitre 1 du « Récit d’une aventure » en cliquant sur :

L’abbé Gustave Lebègue est né à Cucq le 10 avril 1814, il est ordonné prêtre le 21 décembre 1839. Professeur à Montreuil, puis Vicaire à Boulogne Saint-Joseph, il devient curé d’Équihen le 20 août 1854.

Le 23 février 1859, il est nommé curé de Wimille. L’annonce de sa venue provoque l’opposition d’une partie des paroissiens, comme le Baron de Rosny, qui préfèreraient avoir l’abbé Ellart, leur vicaire. Plusieurs courriers en ce sens sont adressés à l’Evêque qui doit faire preuve de fermeté et sommer le vicaire de préparer le terrain à son successeur.

L’époque était à l’essor de la balnéothérapie et au déploiement de la ligne de chemin de fer. La ligne Calais-Boulogne-Paris était incomplète.

1862 : le décret ordonnant la prolongation de la ligne de chemin de fer de Boulogne à Calais venait de paraître ouvrant l’accès au littoral et à la belle époque des bains de mer. Le 17 août 1862 le conseil municipal de Wimille vota l’implantation de la gare. Le débat sur son lieu définitif fut vif. Des partisans souhaitaient voir son installation au lieu dit d’Aubengue. Les élus wimillois restèrent déterminés pour Wimereux.

De plus, on commençait à parler à l’époque de « station balnéaire ». Le mot était nouveau et pour un ensemble de gens de la terre, cette activité de bains de mer restait bien abstraite. Mais l’abbé Lebègue, très féru de la science, de médecine et de technologie, savait bien que, sur les dunes du hameau de Wimereux, cette conjonction entre l’intérêt pour la balnéothérapie et l’essor du chemin de fer, pourrait être déterminante dans le développement urbain d’une nouvelle station balnéaire en ce lieu. Du sable, via le chemin de fer, par l’attrait de la mer, sortiront des pierres.

La construction du viaduc venait de démarrer, et la gare de Wimille allait bon train pour une inauguration prévue le 1er janvier 1867. Quelques « chalets » (que l’on appelle maintenant « villas ») commençaient à se multiplier et jaillissaient des dunes du hameau de Wimereux, pour héberger l’été les familles de la bourgeoisie industrielle du Nord venues se refaire une santé à la mer. Mais l’abbé Lebègue, en bon curé de Wimille, ne voyait pas ces familles venir à la messe dominicale à l’église de Wimille. Il décide donc de fonder au Hameau de Wimereux une chapelle de secours pour les personnes vivant sur la côte. La première pierre sera posée le 17 novembre 1866 et l’église ouverte au culte en 1868. Wimereux se développera ensuite autour de son église…

Il faut donc le rappeler : c’est grâce à opiniatreté de l’Abbé Lebègue, et à son esprit visionnaire, que la construction de l’église de Wimereux vit le jour en 1866, dans ce hameau de Wimille qui n’était qu’une bande de dunes avec quelques cabanes de pêcheurs, 63 ans après que le camp de Napoléon pour envahir l’Angleterre eût été abandonné, et où quelques vestiges demeuraient encore sous forme de baraques.

En 1873, l’abbé poursuit son œuvre et fait construire derrière l’église un ouvroir dans lequel il installe 3 religieuses de l’Immaculée-Conception, dont la mission était de parfaire l’éducation des filles.

Pressentant le futur développement du hameau et donc la rapide transformation de sa chapelle en église paroissiale, il offre à la commune de Wimille un terrain qui permettra de construire un presbytère pour le futur curé.

Il sera nommé par la suite Chanoine honoraire.

C’est à l’âge de 61 ans, le 19 février 1876 (ou le 12 février selon Gabriel Duval, dans « Équihen-Plage ». Essai historique, 2000, 108 pages) que l’abbé Lebègue décède d’une apoplexie foudroyant. Autant son arrivée avait été mouvementée froidement accueillie, autant l’annonce de sa disparition provoque dans la région une chaude émotion emprunte d’une tristesse considérable. Le Conseil Municipal de Wimille lui rendra un vibrant hommage.

Retour en tête de chapitre LES PRETRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *