MENUMENU

Phase 1A étape 5 : installation de l’échafaudage.

Phase 1A étape 5 : Installation de l’échafaudage puis début des travaux

La dernière messe de l’église de l’Immaculée Conception de Wimereux a sonné le dimanche 10 février pour laisser place au chantier de la restauration. Il était temps, comme en témoignent les traces de pluie à l’intérieur de l’église, fréquemment constatées, et notamment avant ce dernier office. La « Vieille Dame de Wimereux » a plus de 150 ans : elle avait vraiment besoin des plus grands soins. Le top départ officiel pour une cure de jeunesse est donné !

 

Des travaux d’ampleur vont s’échelonner jusqu’à la fin de l’année, suivant le planning établi par le maître d’œuvre, le cabinet d’architecte Etienne Sintive, désigné par le maître d’ouvrage (La Ville de Wimereux) et selon un cahier des charges précis (CCTP) (Clauses Techniques Particulières au Marché), pour accomplir cette première phase de travaux (couverture de la nef et des chapelles latérales) qui nécessite un budget estimé à 470 000 €, sur un total de 2 500 000 € pour les 4 phases constituant ce projet de restauration EXTERIEURE de l’édifice. Ce montant est réparti entre l’AEICW (90 000 € sur les 240 000 € que nous avons collectés à ce jour), le Département (18%), et les 62% restant seront partagés entre la Ville de Wimereux et la Fondation du Patrimoine (pour cette dernière selon l’ampleur du résultat de la souscription entreprise par cette dernière pour notre église). L’AEICW n’a donc pas injecté dans cette phase la totalité des dons récoltés à ce jour, mais seulement un montant avoisinant les 20%, afin de pouvoir participer aux autres phases, et surtout à la restauration INTERIEURE (dont la dépense relève de l’affectataire, la paroisse, et non du propriétaire, la Ville, hormis pour la restauration du système électrique par exemple…)

Les donateurs peuvent enfin voir que leurs efforts se concrétisent ! Mais le soutien de tous est toujours nécessaire, pour accomplir notre mission jusqu’au bout, la totalité de la restauration de l’église, extérieure, et intérieure ! Merci de continuer à nous soutenir. (Pour faire un don : cliquer ICI)

Durant la période des travaux (au moins 10 mois), par mesure de sécurité, le public n’est plus habilité à pénétrer dans ce lieu, et les offices sont donc transférés depuis le 11 février, pour le samedi soir (messe anticipée du dimanche) à l’église du Christ Ressuscité de Wimereux (9 rue du Chateau, quartier du Baston) (18h  en horaire d’hiver, 18h30 en horaire d’été) et pour le dimanche matin à l’église Saint-Pierre de Wimille (11h15). Les mariages prévus pour l’année sont transférés à Wimille, tout comme les funérailles et baptêmes.

Mais les activités culturelles de l’AEICW se poursuivent plus que jamais, avec une programmation des plus alléchantes dont nous vous laisserons la surprise, afin de continuer à faire parler de notre mission et obtenir des bénéfices par les spectacles, qui rejoindront les dons : elles sont délocalisées, soit aux Salons de la Baie Saint-Jean à Wimereux, soit à l’église Saint-Pierre de Wimille, qui est le 2e clocher de la paroisse Saint-Jean-du-Wimereux. La seule possibilité de visiter l’église de l’Immaculée Conception de Wimereux ne pourra se faire, pendant la durée des travaux, que de manière virtuelle : pour cela : cliquer ICI.

En date du 13 février 2019, le chantier tant attendu a donc démarré, avec la pause des barrières de sécurité, par l’entreprise Carré, autour de l’édifice, interdisant désormais l’accès au site.  Ils ont aussi installé leur base-vie (réfectoire, vestiaires, sanitaires, etc.). L’échafaudage, qui permet d’accéder à la toiture, à la charpente et aux chéneaux, a commencé à se monter le 18 février, sous les mains de maître de la société Reatub.

Par la suite, début mars, débutent la dépose des ardoises sur la nef et les chapelles latérales, puis les travaux de zinguerie, de faîtage, avant de reposer de nouvelles ardoises (travaux de couverture assurés par l’Entreprise Carré). Mais avant de recouvrir, interviendront aussi les travaux de maçonnerie qui supporte la charpente (Société Henry Chevalier Nord), et enfin la rénovation de la charpente (Société Battais).

L’AEICW souhaite, comme prévu, pouvoir participer aux réunions de chantier. Nous veillerons à ce que les chéneaux ne soient pas refaits à l’identique, mais soient plus larges et plus inclinés, afin d’éviter la stagnation de l’eau de pluie avec un magma de feuilles mortes, cause actuelle des infiltrations d’eau dans les murs de séparation entre les chapelles et la nef. Nous veillerons aussi à ce qu’un avenant soit signé en vue de procéder de manière urgente à la restauration du bas-côté sud (dans la foulée du chantier en cours), dont la programmation était prévue normalement pour la 2e phase, ceci en raison de l’état critique de cette couverture, qui reçoit les vents et pluies dominants du sud-ouest. Qui plus est, cette couverture aura certainement souffert de la prise d’appui de l’échafaudage en cours, qui fait encourir un risque de déplacement d’ardoises et d’enfoncement de charpente…

Après la dernière messe en cette église, et avant l’installation des échafaudages, des membres de la paroisse et de l’AEICW se sont activés pour protéger toutes les œuvres d’art de l’église en raison du risque (même faible) de chute d’objet du toit durant sa restauration. L’orgue, monument historique, a été protégé sous une bâche tendue horizontalement sur un cadre, comme un dais au-dessus de l’orgue, et couvrant aussi verticalement toutes ses parois, par la société Aubertin (facteur d’Orgue), en charge de l’entretien régulier de cet instrument.

Coïncidence, la fermeture (temporaire) de l’église se produit simultanément avec l’interruption, pour raison de santé, de la responsabilité de curé de la paroisse du Père Jean-Pierre Boutoille, qui avait jusqu’à présent accepté de prolonger sa charge curiale au-delà de l’âge canonique de 75 ans. Il n’y a malheureusement plus de prêtre pour prendre la relève de cette fonction. Il avait de plus sous sa responsabilité d’autres clochers. Pour chaque clocher, la charge de gestion a été confiée par Mgr Jaeger aux laïcs qui forment les Equipes d’Animation Pastorale (EAP) de chacune de ces paroisses. Ils sont accompagnés par un prêtre modérateur, le Père Hugues Derycke, originaire de Calais ; il a souvent séjourné à Wissant et apprécie notre région. Il est directeur d’étude à l’ESSEC, prêtre de la Mission de France, ancien vice-recteur de l’Institut catholique de Toulouse et professeur à la Faculté de théologie..  Le Père Boutoille rejoint ainsi le groupe des prêtres aînés au service du doyenné. Une messe d’action de grâce a été célébrée pour son départ le dimanche 20 janvier. Il a été nommé membre d’honneur de l’AEICW ; pour cette occasion lui a été remis une maquette réalisée en impression 3D par Antoine Mai, un jeune auto-entrepreneur, ancien réfugié ayant réalisé un formidable accomplissement professionnel.

Que de changements en peu de temps !

Le Père Hugues Derycke a été accueilli à Wimereux par les paroissiens les 2 et 3 février dernier. Il assurera l’intérim jusqu’en septembre. Durant son homélie, il a souligné « que nous vivons dans un monde qui change et que le fonctionnement de notre église change aussi, et que nous, paroissiens, devons changer nos habitudes. (…) La transmission se doit être le souci de chacun ! » C’est ce que nous, AEICW, essayons d’accomplir le mieux possible.

Voici ce qu’en disent les médias :

Et voici quelques galeries de photos regroupées par étapes des travaux : cliquer sur la vignette représentant chacune d’entre elles pour ouvrir la galerie correspondante (à l’intérieur de chaque galerie, si vous voulez zoomer sur une photo, cliquez avec le bouton droit et choisissez « ouvrir l’image dans un nouvel onglet »).

  • Pendant la tempête du 10 mars
  • Travaux de couverture sur la nef
  • Installation de l'échafaudage