Un peu d’Histoire … : l’Immaculée Conception

Pour le 8 décembre, jour habituel de la Solennité de l’Immaculée Conception (décalé au 9 décembre lorsque le 8 tombe un dimanche), l’AEICW vous propose de vous pencher sur l’histoire de cet édifice et sur l’histoire de ce dogme…

«L’Immaculée Conception», huile sur toile (Hauteur. 198 cm ; largeur. 124 cm) de Pierre Paul Rubens. – Œuvre executée vers 1628-1629, appartenant au musée du Prado. – Ref. Nº Cat. P1627, photographiée lors de l’exposition temporaire « Rubens et son Temps » au musée du Louvre-Lens.

L’église de Wimereux, placée sous le vocable de l’Immaculée Conception, vit le jour le 17 novembre 1866 avec la pose de sa première pierre dans ce qui n’était qu’un petit hameau quasi inhabité de Wimille, une bande de dunes de sable sans intérêt agricole, de l’autre côté de la voie ferrée, sous l’impulsion de l’Abbé Lebègue, curé de Wimille : il voulait un lieu de culte pour les industriels de Lille qui, grâce à la construction de la gare de Wimille, et sensibilisés aux bienfaits des bains de mer sur la santé, commençaient à arriver pour construire leurs « chalets » sur ce bord de mer.  Les plans de l’église ont été conçus par Alphonse Bouloch, architecte à Boulogne (il sera aussi l’architecte de l’église Saint-Michel à Boulogne). La réalisation du nouveau lieu de culte du hameau de Wimille est confiée à Messieurs Varlet et Lacour, entrepreneurs à Boulogne

L’abbé Lebègue la plaça sous le vocable de l’Immaculée Conception, et fit ensuite construire derrière cet église un ouvroir tenu par trois soeurs de l’Immaculée Conception.

 

L’immaculée Conception : mais de quoi s’agit-il ?

 

Quelques notions théologiques …

L’Immaculée Conception ne concerne pas la conception du fils de Marie, Jésus, lui-même Fils de Dieu. Ce terme signifie que Marie, depuis la nuit des temps, a été conçue sans péché. Comme un fruit anticipé du pardon offert par Jésus sur la croix, Marie (qui a été conçue normalement, par l’union de son père et de sa mère) est immaculée, pure de tout péché, et préservée du péché originel, cette séparation d’avec Dieu qui marque l’homme dès le début de son existence.

La célébration de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie – située dans les premiers jours de la nouvelle année liturgique et du temps de l’Avent – nous rappelle la destinée unique de cette femme juive, choisie par Dieu. Pour la foi chrétienne, Marie est indissociable de l’enfant qu’elle a porté, Jésus, en qui s’est totalement manifesté le Dieu vivant. Elle est appelée, depuis le concile d’Éphèse (431), « Mère de Dieu ».

Quelques notions historiques …

Le 8 décembre marque la fête de l’Immaculée Conception (reportée au 9 décembre lorsque le 8 décembre est un dimanche) : elle se place neuf mois avant la fête de la Nativité de Marie et date « supposée » de la conception de Marie, depuis 1477, par décision de Sixte IV. Mais cette conviction d’une conception immaculée de Marie existait déjà chez les Pères de l’Église au IVe siècle, et il semble qu’elle fut fêtée par le peuple chrétien quatre siècles plus tard.

Les premières traces de cette fête de « l’Immaculée Conception » dans la chrétienté remontent en effet au VIIIe siècle dans l’Église grecque. Elle était alors célébrée le 9 décembre à Constantinople. Certains émettent l’hypothèse que cette fête était déjà célébrée au VIe siècle dans les laures monastiques. Georges de Nicomédie, au IXe siècle y fait référence comme étant « la fête de la Vierge la plus récente ». En Occident, cette fête apparaît pour la première fois dans deux calendriers liturgiques de Winchester au IXe siècle.

Au concile de Verceil, en 1050, le pape Léon IX recommande de célébrer la conception de la Vierge. Cette fête se répand progressivement dans l’Église d’occident, et au début du XIVe siècle elle est célébrée dans presque toute l’Église latine.

L’Europe traversa au XVIIIe et XIXe siècles bien des souffrances, avec des révolutions, des conflits nationalistes. Dans un monde très masculin, il était bon qu’un peu de douceur féminine puisse adoucir les esprits et que ce monde s’unisse autour d’une image maternelle rassurante : c’est l’image de Marie qui se proposa à l’Eglise et à l’Europe pour apaiser ce monde.

Lors des apparitions mariales dont Catherine Labouré s’est dite favorisée, rue du Bac à Paris en 1830, la Vierge se serait présentée, selon son récit, comme « conçue sans péché ». La médaille miraculeuse, frappée avec l’invocation « Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous », popularise la foi en la conception immaculée de Marie.

Depuis le dogme promulgué par le pape Pie IX, le 8 décembre 1854, dans sa bulle Ineffabilis Deus, l’Immaculée Conception est élevée au rang de solennité : elle est déclarée préservée du péché originel dès sa naissance : « nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélé par Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par tous les fidèles ».

C’est sous ce nom que, quatre ans plus tard, le 25 mars 1858, la Vierge elle-même commença à se présenter dans la grotte humide et sombre de Massabielle, à Lourdes, au fin fond du pays de Bigorre, à une petite villageoise, Bernadette Soubirous, qui n’avait jamais entendu parlé de ce dogme, en lui disant en Gascon : « Que soy era immaculada councepciou » (Je suis l’immaculée Conception).

Huit ans plus tard, en 1866, l’église de Wimereux devient une des premières en France à être placée sous ce vocable ; sa construction démarra en même tant que la basilique de l’Immaculée Conception de Lourdes

Quelques notions géographiques …

L’Immaculée Conception est patronne du Portugal, de Corse, et des Etats-Unis.

En France, cette fête est particulièrement marquée dans le diocèse de Lyon depuis le 8 décembre 1852, quand la ville inaugura la statue de la vierge de Fourvière (chaque année, cette inauguration sera commémorée lors d’une fête appelée « Fête des Lumières ») (à ne pas confondre avec la chandeleur).

Le 8 décembre est férié dans les cantons suisses de culte majoritaire catholique.

En France ou dans le monde, en plus de l’église de Wimereux, on compte de nombreuses églises de l’Immaculée conception et chapelles de l’Immaculée conception. En voici quelques-unes :

  • À Sées, Orne, se trouve la première église au monde mise sous le vocable de l’Immaculée Conception (1859).
  • Lyon 3e, église de l’Immaculée-Conception construite entre 1856 et 1862. Depuis 1852, la ville célèbre Marie le 8 décembre, jour de l’inauguration de la statue de la Vierge de Fourvière (Fête des Lumières)
  • Paris 12e, église de l’Immaculée-Conception, église néo-romane de la rue du Rendez-Vous : Elle a été construite en six mois et fut inaugurée le 29 septembre 1875
  • Lourdes, basilique de l’Immaculée-Conception : elle a été construite de 1866 à 1871 et fut bénie et inaugurée le 15 août 1871.
  • Wervicq-Sud, Nord, Nord-Pas-de-Calais, France.
  • Toulouse, faubourg Bonnefoy, Haute-Garonne, France. En construction lors de la proclamation du dogme, et rebaptisée immédiatement en conséquence.
  • Melun, église de forme hexagonale surmontée d’un frêle clocher édifiée en 1959 par l’architecte Pierre Prunet dans le quartier des Capucins.
  • Caluire, Rhône-Alpes, France.
  • Bastia, Haute-Corse.
  • Holving, Moselle, France.
  • Bisten-en-Lorraine, Moselle, France.
  • Montfort-le-Gesnois (Sarthe), construite de 1856 à 1858, de style néogothique avec dans le tympan de sa porte centrale une sculpture représentant la proclamation de l’Immaculée Conception par Pie IX.
  • Elbeuf, Seine-Maritime, France.
  • En Colombie, une église de Mompox ainsi que la cathédrale de Barichara sont dédiées à l’Immaculée Conception.
  • En Côte d’Ivoire, la Paroisse Immaculée Conception d’Abobo Clouetcha.
Quelques notions artistiques …

Le thème iconographique de l’Immaculée Conception est souvent issu du chapitre 12 du Livre de l’Apocalypse (Ap 12,1-4) : « Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ; elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement. Puis un second signe apparut au ciel : un énorme Dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’un diadème. Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre. En arrêt devant la Femme en travail, le Dragon s’apprête à dévorer son enfant aussitôt né. »

L’Immaculée Conception, dans le vitrail central du choeur de l’église de Wimereux (La partie passe du vitrail représente la Dormition)
(Vitrail de Maurice Rocher, 1958)

Statue de l’Immaculée Conception, par Nicole Hémard
(église du Christ Ressuscité à Wimereux)

Autres représentations célèbres dans l’histoire de l’art :

Autel d’église à Toruń

Immaculée Conception, Palmi 1925

(sources : documents personnels, Wikipedia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *