Des nouvelles du chantier au 11 mai 2020 (début de déconfinement)…

Des nouvelles du chantier au 11 mai 2020 (début de déconfinement)

Durant le confinement, certains on pu constater que le chantier s’était interrompu temporairement, le temps, pour les architectes responsables, de valider un protocole sanitaire commun d’hygiène et de prévention compatible avec les conditions de travail sur ce chantier et les directives actuelles de protections contre le COVID-19. Mais ce protocole a été trouvé et le travail a repris, bien avant le déconfinement, depuis la mi-avril, et finalement dans le respect même du protocole officiel de déconfinement établi ultérieurement par le Ministère du Travail. Il était important que l’activité reprenne, non seulement pour l’avancement du chantier, mais aussi pour la survie économique des entreprises intervenant dans cette restauration, et pour les emplois qui y sont attachés.

L’église de l’Immaculée Conception est donc fermée au public depuis février 2019. Depuis la semaine dernière, le toit de la nef est enfin complètement refait grâce à l’action conjointe de trois corps de métier : couverture (par la société Carré) en ardoises « bleu-bruyère » du Nord du Pays de Galles (carrières de Penrhyn), charpente par la société Battais, et pierres de maçonnerie sous charpente par la société Chevalier-Nord.

Le chantier de cette 1ère phase, entrepris en février 2019, devait se terminer pour fin décembre 2019, mais il avait pris du retard en raison des intempéries de mars 2019 notamment. La 1ère des 4 phases de la restauration extérieure (qui concerne les couvertures hautes) s’achèvera avec la restauration déjà entreprise des couvertures des 2 chapelles latérales. L’AEICW financera 90 000 € pour cette phase, sur les 300 000 € de dons récoltés à ce jour pour la restauration.

Photo ci-dessous : les ouvriers travaillent désormais sur les chapelles latérales. Les premières ardoises anciennes sont enlevées…

Trois autres phases devront s’enchaîner, le plus rapidement possible, sans réouverture au public de l’édifice entre deux, que ce soit pour les concerts ou pour les cérémonies, en accord avec l’affectataire (le curé) et le propriétaire et maître d’ouvrage (la Ville), sur une durée d’au moins 3 ans de travaux, et selon l’impulsion qui sera donnée par la municipalité qui sera en place à l’issu du second tour des municipales.

La 2e phase concernera les couvertures basses (bas-côtés et sacristie), la 3e le clocher et la façade du parvis et ses vitraux, et la 4e, les murs d’enceinte « bas » avec leurs vitraux.

Jusqu’à présent les entreprises n’ont pas rencontré de problème particulier à notre connaissance, à savoir, pas de mérule dans la charpente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *