Avec Françoise Malfait, le 20 juillet, inaugurant les rencontres du lundi, belle reprise culturelle post-confinement !

Ce lundi 20 juillet, dans le beau cadre de l’église du Christ Ressuscité, Françoise Malfait, a inauguré le cycle des Conférences des lundis estivaux de l’AEICW. Elle nous a donné une conférence passionnante et très instructive.

Suscitant un vif intérêt auprès d’un public très attentif et studieux (au point pour certains de prendre quasiment tout en notes !), elle a permis de remplir au 2/3 la jauge de la salle (dans le respect des gestes barrière).

Elle nous a fait découvrir comment se sont organisés les soins aux blessés lors de la 1ere Guerre Mondiale sur la Côte d’Opale (et sans faire de redites quant aux autres thèmes connexes chers à Françoise Malfait et déjà abordés lors de ses autres conférences).

Après avoir retracé l’histoire du mouvement de « La Croix Rouge » créé par Henry Dunant, elle nous a invités à voyager sur la Côte, durant la guerre 14/18, de Calais à Berck, en passant par Ambleteuse, Wimereux, Boulogne-sur-Mer, Hardelot, Camiers, Etaples, Le Touquet…

Non seulement nous avons découvert (ou redécouvert) de nombreux protagonistes de l’époque en ce domaine, locaux, français et étrangers (anglais, américains, canadiens, australiens, et aussi portugais…), dont l’incontournable « Dame à la Lampe » (Florence Nightingale), …

…où la duchesse de Sutherland, la duchesse de Westminster (et son hôpital au Casino du Touquet), la duchesse de Namur, le Dr et Mme Depage, Lady Florence Norman (suffragette, installée avec son mari dans un hôpital militaire de WIMEREUX, photographiée sur sa trottinette électrique de 1914 !), …

…tout en évoquant les visites d’inspection des « ambulances » de La Croix Rouge sur la Côte du roi George V et de la reine Mary (notamment à Wimereux), …

… de la reine des Belges ou du duc et de la duchesse de Vandôme, la création de la clinique de la Sainte Famille à Boulogne par le Dr Houzel, …

… de l’hôpital des sœurs du Bonsecours à Boulogne, du « Rawal-Pindi » (British General Hospital, rue Carnot à Wimereux).., ou encore l’implication en tant qu’infirmière de Mme Robert de Rosny, mais nous avons pu aussi comparer les méthodes et les organisations différentes de travail des « nurses », avec La Croix Rouge française et La Croix Rouge Britannique, les VAD, les traditions sociales, les formations charitatives laïques ou religieuses, les aspects affectifs et psychologiques de jeunes infirmières de milieux parfois aristocratiques protégés confrontés aux corps ensanglantés et purulents des militaires souffrants issus de toutes les couches de la société…

Plusieurs associations (ou « œuvres »), installées à Boulogne-sur-Mer, secourant les militaires, ont été évoquées, dont « l’œuvre du Pain des Prisonniers de Guerre ».

Nous avons pu écouter le témoignage de la petite fille d’une infirmière de l’époque à Wimereux, Marguerite Douchy Lorenza, parmi les infirmières travaillant à l’hôpital annexe établi au « chalet » Massabielle, avenue de la Mer.

A cette époque, on notera qu’un capitaine écossais, James Richardson (inspecteur des Monuments Historiques écossais), fit faire, durant son séjour de convalescence en ce lieu, des fouilles dans un terrain adjacent en raison de la découverte d’artéfacts de l’antiquité romaine tardive (pièces de monnaies)

Ceci a concrétisé brillamment la reprise des activités culturelles de l’AEICW en période post-confinement COVID19, dans le respect des conditions sanitaires nécessaires en regard de la pandémie (en ce premier jour de l’application du décret du 10 juillet 2020), et nous remercions en cela Françoise Malfait, pour la qualité de son intervention, mais aussi le public respectueux des consignes et attentif aux propos de notre invitée, et les bénévoles de l’association qui ont rendu l’organisation de cette conférence possible dans ce contexte.

Nous remercions les généreux donateurs qui se sont manifestés au cours de cette rencontre, et les généreux gourmands qui n’ont pu s’empêcher d’acheter quelques tablettes de chocolats vendues au bénéfice de la restauration : comment aider une restauration si ce n’est qu’en se restaurant autant physiquement qu’intellectuellement ?

N’hésitez pas à nous en commander : à consommer sans modération ! (pour ce faire : cliquer sur l’image suivante)

Tous nos remerciement à notre conférencière !

Nous vous donnons rendez-vous lundi prochain pour la seconde conférence, lundi 27 juillet, 20h, au Christ Ressuscité, dont les thème est : « Les naufragés en Manche au XIX siècle », par Alain Evrard. (cliquer sur l’image pour voir le descriptif)

À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *