Atelier tailleur de pierres (JEP) : un savoir-faire autour de la construction des églises (H. Chevalier Nord)

ATELIER TAILLEUR DE PIERRE

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine organisées à Wimereux par l’association des Amis de l’église, les 19 et 20 septembre 2020, de 10h à 18h : 9 rue du Château à Wimereux (église du Christ Ressuscité) :

Entrée libre

Patrimoine et enseignement,
apprendre pour la vie !

Venez seul, en famille, ou avec des amis, (en gros, venez comme vous êtes)apprendre, et vous divertir, dans une ambiance de cours de récréation, sur le thème du patrimoine matériel et immatériel de l’église (locale), et de l’Eglise (universelle). Toutes deux sont vecteurs d’éducation, par la transmission du savoir qu’elles ont étendu au sein de la cité et au-delà, et des savoir-faire qu’elles ont engendrés et entretenus du Moyen-Age jusqu’à nos jours.

Parmi les ateliers proposés pour illustrer le savoir-faire transmis depuis des générations autour de la construction des églises, voici l‘atelier « Tailleur de pierres », animé par l’entreprise Henri Chevalier qui intervient pour la restauration en cours de l’église de l’Immaculée Conception de Wimereux, avec pour l’occasion l’aide de Damien Gozé, de Wimereux.

Un peu d’histoire …

Le métier apparaît dès que l’homme désire bâtir des édifices imposants et conçus pour durer (temples, fortifications, etc.) donc dès l’Égypte antique et dans l’Antiquité grecque et romaine. Puis, au fil des siècles, le métier se poursuit sans interruption, conservant parfois les mêmes techniques et outils (certains types d’outillage utilisés par les tailleurs de pierre actuels n’ont pas changé en 2000 ans). La construction en pierre de taille touche alors tous les domaines de l’architecture : église, cathédrale, château, pont, quai, etc.

En raison de la pénibilité et de la dangerosité de leur travail, les tailleurs de pierre sur les grands chantiers d’églises au Moyen Âge touchent un salaire supérieur à la moyenne des autres artisans. Ils reçoivent parfois une prime de risque lorsqu’ils montent sur des échafaudages.

La construction en pierre tombe en désuétude à partir des années 1930, date à laquelle le béton armé (inventé en 1900), et l’acier, commencent à être massivement utilisés. Dorénavant, les tailleurs de pierre, qui étaient « bâtisseurs », se concentrent alors sur la restauration des édifices en pierre existants.

La pierre exposée aux intempéries a une durée de vie limitée. Quand le matériau est altéré ou malade, il est nécessaire de le remplacer partiellement ou intégralement par une pierre équivalente de nature et de forme. Aujourd’hui, l’essentiel du travail des tailleurs de pierre consiste en la restauration de monuments, historiques ou non, la construction en pierre de taille massive étant assez rare.

Henri Chevalier

Créée en 1946 par Henri Chevalier, tailleur de pierre, compagnon du Tour de France, l’entreprise H. Chevalier s’est spécialisée à l’origine dans la restauration des monuments historiques en pierre de taille.

Sous l’impulsion des deux générations suivantes, elle s’est ensuite développée dans le domaine de la maçonnerie et du gros-œuvre pour la rénovation du patrimoine bâti et la réhabilitation lourde.

En 2012, h. chevalier a racheté le stock d’Andrée Macé, entreprise spécialisée dans la restauration et la vente de cheminées d’époque, en marbre ou pierre, ainsi que leurs équipements en fonte. Cette nouvelle activité l’a conduite naturellement à la restauration des sculptures en pierre et marbre et des métaux.

En 2018, H. Chevalier obtient le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant).

Liens

Cliquer sur l’image correspondant à votre choix :

Voir le programme complet des animations des JEP 2020 à Wimereux par l’AEICW  :

Voir la publication sur OpenAgenda par le Ministère de la Culture pour les JEP 2020 :

L’église du Christ Ressuscité

Pour les Journées Européennes du Patrimoine les 19 et 20 septembre 2020, à Wimereux, la petite église du Christ-Ressuscité (née en 1974) dans le quartier du Baston, ouvre exceptionnellement grand ses portes pour présenter au public le Patrimoine de sa grande soeur, l’église de l’Immaculée Conception (née en 1866), fermée actuellement au public en raison des travaux de restauration qui s’y déroulent.

Attardons nous un peu sur l’église du Christ-Ressuscité : de style inspiré du mouvement Bauhaus,  quasiment monolithique en parallélépipède rectangle, elle est faite de panneaux de béton dans lesquels sont incrustés des claustra colorés qui laissent rentrer la lumière du soleil ; sa magnifique verrière abstraite (de François Chapuis) provient du couvent des Soeurs de Sainte Agnès d’Arras, et son « clocher », qui a la particularité d’être à l’écart de l’église, est construit sur un blockhaus de la seconde Guerre mondial ; il précède une immense croix de bois brut qui se dresse vers le ciel depuis le sommet de ce dernier. A l’intérieur de l’église, on découvre plusieurs oeuvres de Nicole Hémard

Bien entendu, cet événemet se déroulera dans le plus grand respect des normes sanitaires du moment dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *