Flash back : Samedi 26 juin : JS Bach : Sonates et Partitas pour violon seul, par G. Barly, 1ère partie

Samedi 26 juin 2021 : Concert : JS Bach : 1ère partie des Sonates et Partitas pour violon seul – à l’église du Christ Ressuscité

 

Merci ! Magnifique récital que celui de Guillaume Barli, violoniste de l’orchestre de la Garde Républicaine, hier soir, à l’église du Christ Ressuscité de Wimereux, pour la première partie de l’intégrale des Sonates et Paritas de Bach, la « Bible des violonistes ».

Les Partitas (organisées en suites de danses au tempo tantôt rapide tantôt lent), sous l’archer de Guillaume Barli, nous ont fait voyager dans un tourbillon de vitalité, et de virtuosité, tout en alliant musicalité et poésie. L’artiste nous a transmis de manière très communicative toute la musicalité qu’il ressentait au point de littéralement l’incarner dans toute sa gestualité (cf photos).

Chaque mouvement nous semblait être l’aboutissement dans l’ascension de l’art de Bach, et le chaque mouvement suivant nous prouvait le contraire, déplaçant encore plus haut ce sommet.

La sonate nº 2 (du style sonata da chiesa, ou sonate d’église) est un bijou de spiritualité alternant toujours mouvements vifs et allants. Le 2e mouvement, l’éblouissante fugue, est ciselée comme une fugue écrite pour l’orgue, mais ici, prouesse artistique et de virtuosité, en réussissant à faire entrer un orgue dans le violon ! Complexe de par sa taille et sa technique, la fugue pousse en avant sans relâche avec une structure de contrepoint très dense, enchevêtrement du thème, imitation, …

Après cette fugue, Guillaume Barli nous a interprété un Andante des plus spirituels : avec une économie de moyens qui tranche de la fugue, Bach définit le troisième mouvement de sa sonate, indépendamment des autres, au moyen d’un tempo Andante et d’une clé contrastante. L’écriture est plus homophonique dans ce cas, avec une mélodie calme qui fournit une pause nécessaire après l’énergie remarquable de la fugue du mouvement II. On remarqua un sublime accord final sur deux cordes en pianissimo d’une douceur tenue dans le temps d’un point d’orgue sans tremblement…

La partita nº2 termina ce concert en concluant par la longue et emblématique Chaconne. Guillaume Barli l’interpréta avec un brio rarement égalé, avec des passages d’une variété et d’une richesse extraordinaires. Le thème, présenté dès les premières mesures au rythme habituel des chaconnes avec une progression d’accords, produit toute une série de variations dans la suite du mouvement, dont celle du milieu est en mode majeur.

Encore bravo, « maestro » !

Merci à Opalsinfonietta pour sa collaboration pour nous avoir présenté cet artiste talentueux !

PS : et merci à Jean-Sebastien … pour son génie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Saison culturelle 2022

    Programmation susceptible de modification selon l'actualité de la pandémie COVID-19. Chaque événement se déroulera dans le plus grand respect des normes sanitaires du moment. Cliquer sur les flèches apparaissant sur les affiches pour les faire défiler puis cliquer sur l'affiche sélectionnée pour être redirigé vers le descriptif correspondant



     
  • Vos dons nous sont utiles !

    Collecté : 414 148 € (dons uniquement)
    Merci aux :
    453 donateurs et 160 membres !
    objectif de 500 000 € en 5 ans à partir du lancement en 2018 de l’offre de marché : 

    • 82.83%

      Dons acquis

  • Nos prochains événements

  • Newsletter