Notre équipe

hi archyive

Lundi 26 juillet, 20h, église du Christ-Ressuscité, 9 rue du Château, Wimereux,

Dans le cadre des rencontres du lundi du Christ-Ressuscité :

 

Edouard Monnier : « La trompette à travers l’histoire »

Rencontre avec un musicien et son instrument.

Participation libre au profit de la restauration de l’église de l’immaculée Conception

Depuis le 21 juillet, dans le cadre de la pandémie COVID19, la présentation d’un PASS SANITAIRE est demandé pour accéder à un lieu culturel pouvant rassembler plus de 50 personnes.

Pour permettre la tenue d’un cahier de suivi (non obligatoire) dans le cadre de la pandémie, il est possible de s’inscrire préalablement en ligne en cliquant sur le bouton PARTICIPER, par mail ou par téléphone (06 85 52 59 77)

Programme :

Petite Fugue En Sol Mineur – Jean Sebastien Bach (baroque)
Vassily Brandt – Pièce de Concert n*2 (classique)
Etude numéro 2 – Jean Baptiste Arban (romantique)
On the Sunny Side of the Street – Jimmy McHugh (jazz)

Ce programme couvre à peu près chacun des courants musicaux dans lesquelles la trompette a pu s’illustrer en tant qu’instrument à part entière.

Né le 28 décembre 1998 à Lille, Edouard Monnier se passionne très tôt pour la musique et commence la trompette à l’âge de 5 ans. Ses divers études l’amènerons au conservatoire régionale de Rouen, où il perfectionne sa technicité classique. Et c’est vers le jazz qu’il se tourne au près du saxophoniste Rémi Biet. En 2016 il obtient un DEM de musique classique puis un autre DEM de Jazz se qui le guide jusqu’au Centre de Musique Didier Lockwood, où il étudie avec Claude Egea. En 2019, il intègre la deuxième session de l’orchestre national des jeunes, dirigé par Frank Tortiller.

Edouard Monnier (venu retrouver sa famille originaire de Wimereux) nous fera à cette occasion le plaisir de nous expliquer l’histoire de la trompette par une illustration sonore et par un commentaire entre chaque morceau.

L’église du Christ Ressuscité

Construite en 1974 à Wimereux, dans le quartier du Baston, la petite église du Christ-Ressuscité ouvre ses portes pour ce moment culturel, afin de venir au secours de sa grande sœur, en soutenant une action qui vise à promouvoir la restauration de cette dernières, l’église de l’Immaculée Conception.

Attardons nous un peu sur l’église du Christ-Ressuscité : de style inspiré du mouvement Bauhaus,  quasiment monolithique en parallélépipède rectangle, elle est faite de panneaux de béton dans lesquels sont incrustés des claustra colorés qui laissent rentrer la lumière du soleil ; sa magnifique verrière abstraite (de François Chapuis) provient du couvent des Soeurs de Sainte Agnès d’Arras, et son « clocher », qui a la particularité d’être à l’écart de l’église, est construit sur un blockhaus de la seconde Guerre mondial ; il précède une immense croix de bois brut qui se dresse vers le ciel depuis le sommet de ce dernier. A l’intérieur de l’église, on découvre plusieurs oeuvres de Nicole Hémard

Bien entendu, cet événemet se déroulera dans le plus grand respect des normes sanitaires du moment dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur un instrument fascinant.

Elle est aux cuivres ce que le violon est aux cordes : soprano de son groupe et aussi peu supportable mal jouée qu’envoûtante au plus haut niveau. Instrument paradoxal, pratiqué nous dit le sociologue par des musiciens souvent issus de milieux populaires, mais ayant longtemps incarné, par sa noblesse et sa solennité, la magnificence de cérémonies royales ou militaires. Des plus anciens aussi : on trouve des ancêtres en métal dans les civilisations égyptiennes, grecques et romaines. Bach utilisait souvent une variété aiguë dénommée clarino et, vers1815, la trompette à pistons, capable de jouer la gamme chromatique, remplaça celle « d’harmonie » ou naturelle.

(Trompette d’argent avec sa sourdine en bois : tombeau de Toutankhamon)

 

L’instrument de Maurice André

Il en existe plusieurs sortes, aux timbres aigus, médiums ou graves et de différentes tailles, dont un piccolo que jouait régulièrement Maurice André. On ne doit pas la confondre avec le clairon, dénué quant à lui de pistons. Elle apparaît dans la musique occidentale avec l’Orfeo de Monteverdi. Ses aigus peuvent se faire triomphaux (la Marche d’Aida de Verdi) ou éclater d’une joie solaire (les neuf trompettes en ut de la fanfare de la Sinfonietta de Janacek). Rien ne résiste à ses appels impérieux dominant tout l’orchestre, comme dans l’enivrant Poème de l’extase de Scriabine.

(Trompette en Do, en si, et trompette piccolo)

 

Bref rappel de l’Histoire de la trompette (Wikipédia) :

La trompette est l’un des instruments les plus anciens et les plus couramment utilisés au monde. Comme la plupart des autres cuivres, la trompette descend des instruments à vent, creusés dans des cornes d’animaux ou de coquillages avec des trous. Dès la plus haute antiquité, les trompettes occupent une place importante dans les cultures d’Egypte, de Chine, d’Inde, de Grèce et d’Italie. Elles sont alors en métal : la hossa des Juifs, la buccina des Romains et le salpinx des Grecs. Babylone nous montre des trompettes courtes sur des bas-relief en pierre. En Grèce antique au 1er siècle avant J.C, l’art de sonner de la trompette (salpinx) fait partie des disciplines olympiques. Chez les Grecs, la trompette était conique, avec une perce très étroite. On retrouve ce salpinx chez Homère (l’Iliade), où Eschyle (dans ” Les Perses “, lorsqu’il décrit la bataille de Salamine). Xénophon nous apprend que les Athéniens faisaient leurs exercices au son du Salpinx. Homère en décrit le son comme aussi terrible que le cri d’Achille… On utilise le Salpinx dans les défilés, dans les cérémonies liturgiques fastueuses. Chez les égyptiens, on trouve dans la tombe de Toutankhamon, deux trompettes appelées Chnoue, de 50 cm de long, avec un tube assez étroit et un pavillon finement ciselé. Selon les auteurs grecs, le son de cet instrument était comparable au braiment d’un âne en furie…

A l’âge de bronze, on voit chez nos voisins irlandais une trompette dont le pavillon est orné de pointes aiguës, et dont les braves hommes se servaient comme armes ; la musique est parfois redoutable… On trouve à l’âge de fer diverses représentations de la trompette, dont une remarquable sur un relief de vase d’argent (2ème ou 1er siècle av. JC) montrant des guerriers celtes sonnant la charge lors de combats dans de grandes trompes verticales au pavillon en forme de serpent. Mais déjà dans l’Ancien Testament, Dieu avait ordonné à Moïse de fabriquer deux trompettes d’argent, au cas où il aurait à affronter des campagnes militaires ; on voit une représentation de cette trompette hébraïque, (haçocereth) sur l’Arc Triomphal de Titus, à Rome (vers 100). Chez les Romains, Diodore de Sicile nous dit que les Etrusques utilisaient une trompette guerrière, dite trompette tyrrhénienne. Sur la fresque d’un tombeau de Chiusi (Italie), on voit un musicien jouant d’un instrument à l’extrémité recourbée, avec sur la courbure une ouverture servant à faire égoutter la salive. La forme de cette trompette rappelle celle du lituus, autre trompette romaine, dont un exemplaire a été retrouvé sur le site de l’antique Caere et aujourd’hui conservé au musée romain Museo Etrusco Gregoriano ; ce lituus mesure 1,60 m. et est accordé en sol.

Au Moyen âge, la trompette est utilisée à la guerre pour transmettre des ordres. Ce n’est quand 1820 que les pistons sont mis au point. La trompette (à coulisse) était l’instrument de prédilection des veilleurs, qui sonnaient les heures, prévenaient des incendies et des attaques…

Une nouvelle évolution des cuivres fut amorcée lorsque l’on fit appel à la technique de coudage du tuyau et à l’emploi de la coulisse. C’est d’ailleurs une ancienne trompette à coulisse, la saque bute, qui fut à l’origine de l’idée du trombone à coulisse. On voit cette saque bute sur un triptyque de Hans Hemling (1433/1494): le sonneur tient l’instrument d’une main juste au dessus de l’embouchure et se sert de l’autre pour actionner la coulisse.

C’est Anton Weidinger, trompettiste de l’ Opéra de la Cour de Vienne, qui mit au point une trompette en Mi bémol à clés au 18ème siècle. Cet instrument à clés était un précurseur de ce qui allait devenir la trompette moderne. Weidinger l’améliora en 1801 en le dotant de clés supplémentaires, qui couvraient des ouvertures sur le côté; il transplantait ainsi le principe des Bois sur un instrument en cuivre à forme conique. Les expériences de Weidinger, entreprises comme bien d’autres du même genre (Köbel à St Petersbourg, Woeggel à Augsburg), avaient pour but de donner à la trompette une tessiture plus large. Mais ces expériences furent de courte portée, car dès 1813, Bluehmel inventa la trompette à pistons, offrant ainsi à l’instrument la gamme chromatique complète.

Comme chaque année, et malgré la pandémie de COVID, notre association a réussi à tenir son

Assemblée Générale annuelle,

ce 5 juin 2021

en présentiel, dans le respect des règles barrières en vigueur, mais avec un léger décalage (juin au lieu de mars comme habituellement), en raison d’un confinement et d’un couvre-feu limitant la vie sociale…

(crédit photos : Hugo Baillot)

Se souvenir, vivre, transmettre : tel est l’adage de notre association. Et pour en rester fidèle et fière, elle communique, tient ses engagements et anticipe l’avenir. Tel fut le fil conducteur du rapport moral, dont voici les grandes lignes.

1°) Se souvenir.

Mais avant de parler d’avenir, le président évoqua la mémoire de deux amis et membres de l’association qui nous ont quittés en ce début d’année 2021 : Paul Stah et Monique Vandecrux

Monique et Paul sont et demeureront toujours deux pierres vivantes de notre monde associatif. Ils sont inscrits dans nos cœurs et nos souvenirs.

Le président tient ensuite à remercier Jean Duwel et Françoise Poulain qui se sont pleinement investis, depuis le début, et jusque-là, mais qui ont décidé pour raison de santé de mettre fin à leur participation au Conseil d’administration. C’est un choix difficile qu’ils ont fait tant leur attachement à l’église et à l’AEICW est important pour eux.

Se souvenir, est le premier des trois termes de l’adage de l’AEICW : c’est aussi mettre en valeur le passé de notre patrimoine dans les esprits de chacun, pour que chacun soit pleinement acteur dans le devenir de notre patrimoine, en l’occurrence l’Immaculée Conception.

2°) Vivre : 2e partie de l’adage

L’année 2020 a été marquée par le contexte sanitaire qui a perturbé la vie associative tout comme le quotidien de tout un chacun, mais nous nous sommes efforcés à maintenir les liens.

  • une vie inter-associative collaborative : Monique Vandecrux et Paul Stahl, sont des exemples parmi d’autres de forces vives associatives, ferments du terreau associatif de la Ville. A leur image notre association, qui défend le patrimoine architectural religieux de la ville, continue à collaborer avec les autres associations qui œuvrent à la mise en valeur du reste du patrimoine architectural wimereusien (civil ou militaire).
  • une implication dans le développement du tourisme : en étant présent dans le dialogue inter-associatif avec le Grand site des deux caps, l’AEICW participe à la mise en valeur notre belle région, notamment avec son patrimoine architectural religieux qui s’offre au tourisme.
  • un partenariat culturel : Concernant la logistique des animation 2020, quelque peu atrophiée par la pandémie, le Président a chaleureusement remercié les municipalités de Wimereux et Wimille pour leur partenariat, ainsi que la Paroisse Saint-Jean du Wimereux. Sans oublier aussi de remercier les nombreux bénévoles, de divers horizons, pour leur participation active. Nos efforts en communication, pour proposer des activités culturelles et festives de qualité, ont permis de magnifier l’image de cette église et de Wimereux.

  • Un partenariat constructif pour la restauration : L’AEICW a simplement pour but d’aider au financement de la restauration, intérieure et extérieure, de l’église. Elle n’a aucun pouvoir décisionnel sur les techniques et styles architecturaux ou artistiques appliqués à cette restauration, mais souhaite aider à la réflexion en ce sens, par respect sur le bon usage des dons qui lui sont confiés, en étroite collaboration avec la Mairie (propriétaire du bâtiment et maître d’ouvrage), et avec l’Équipe d’Animation Pastorale (affectataire du lieu en l’absence de curé) sous le regard bienveillant de son prêtre modérateur, le Père Hugue Derycke, et sur les conseils avisés à la fois de l’architecte (maître d’œuvre) et de la commission d’Art Sacré du diocèse.
  • Ouverture sur le monde : Durant sa fermeture physique au public, l’église de l’Immaculée Conception est virtuellement présente et ouverte monde numérique sur divers sites internet qui en vantent ses atouts, elle sera donc amenée dès sa réouverture, à accueillir de nombreux visiteurs avides de la fréquenter. Parmi ces sites :
    • AEICW (nous avons des personnes provenant de l’étranger qui s’intéresse à cette église, à ses œuvres, et qui nous contactent …)
    • Open Churches,
    • ou sur le site Belles Églises de France
  • Un exemple pour les associations de valorisation du patrimoine religieux : Notre association a été contactée par d’autres associations également engagées dans la restauration de leur église : l’Association de Valorisation de l’Eglise de Condette (AVEC) et l’Association pour la Rénovation et la Pérennisation de l’Eglise Saint Michel de Coudekerque-Village (ARPESMCV)

3°)Transmettre : 3e partie de l’adage

Notre mission : transmettre le patrimoine que nous défendons, comme un cadeau précieux pour les génération futures. Ce qui nécessite de le préserver, de le restaurer.

Notre partenariat avec la Ville se poursuit avec des garanties : le Maire élu en juin 2020, Jean-Luc Dubaële, et son équipe sont déterminés à poursuivre la démarche de restauration entreprise pas le précédent Maire Francis Ruelle.

Grâce à vous tous, le chantier de restauration a pu démarré en février 2019, avec sa première phase : elle concernait les couvertures hautes (couvertures de la nef et des deux chapelles latérales).
Celle-ci a fait intervenir plusieurs corps de métier : les couvreurs, les charpentiers, et les tailleurs de pierre (pour la maçonnerie sous charpente).

Ces travaux et ceux à venir ont nécessité de procéder dès maintenant à la protection de l’orgue, Monument Historique, grâce à la mise en place en septembre d’un coffrage en bois, ventilé… et financé par l’AEICW avec le soutien du Fond d’Investissement Local (FIL) du Crédit Agricole.

4° Communiquer

La presse rend régulièrement compte de l’activité de l’Association en étant présente à chacune de nos AG, à chacune des étapes clés du chantier, ou lors de nos animations au profit de la restauration de l’église.  (cliquer sur l’icône ci-dessous pour voir le blog des médias)

Les médias ont ainsi relaté notre assemblée générale 2020 initialement programmée en mars et qui fut reportée au 12 septembre – Port du masque de rigueur (Article de la Voix du Nord)

Le président de l’Association eut la surprise d’être l’invité du jour de France 3 Hauts-de-France Edition Littoral : un court mais dense reportage fut diffusé le 8/10/20 :  la restauration était à l’honneur !

Le bilan du chantier fut l’objet en février de cette année d’une double page dans le Journal de la Ville

En matière de Communication : Pour nourrir la réflexion de chacun de ses membres, et les informer de l’évolution des travaux comme de nos animations culturelles et festives, nous vous envoyons régulièrement des Newsletters, ou des e-mails. Vous pouvez nous retrouver aussi sur Facebook, ou sur le site internet de l’association. Ceci permet aussi de créer un lien associatif. Il vous est aussi permis de la partager avec d’autres pour nous faire connaître…

5°) Honorer ses engagements

L’AEICW est heureuse aujourd’hui de vous confirmer l’achèvement de la 1ère phase de la restauration. Elle a été menée par la Mairie de Wimereux, en tant que Maître d’ouvrage (MOA). Après la pose des ardoises… l’AEICW attendait dès fin 2020 la présentation de « l’ardoise »… Le Chèque de 90 000 € pour participation financière de l’AEICW à la première tranche a été officiellement remis à la Ville le 18/05/21… (cliquer sur le chèque ci-dessous pour en savoir plus)

6°) Anticiper l’avenir …

La restauration doit se poursuivre …

La Mairie de Wimereux, avec son maire récemment élu, Jean-Luc Dubaële, travaille actuellement, dans la continuité, à l’organisation des phases restantes avec un futur appel d’offre en préparation.

Et quand la restauration extérieure sera achevée, la restauration intérieure sera à envisager, tout aussi coûteuse et nécessaire. Elle a besoin d’être dès à présent préparée et réfléchie. Elle nécessitera un co-financement qui fera intervenir, en plus de la Mairie, de nouveaux investisseurs, dont l’affectataire de l’édifice, que lAEICW épaulera. Pour mener à bien cette mission, nous avons plus que jamais besoin de votre soutien.

Une restauration a déjà été anticipée, devant l’urgence, concernant l’intérieur de l’église : celle du chemin de croix de Claude Gruer. L’AEICW a interpellé la Mairie sur l’urgence de procéder à une mise en sécurité de cette œuvre en raison de détériorations survenue récemment lors de la 1ère phase en rapport avec les infiltrations d’eau du toit qui est sensé la protéger et du mur qui la soutient.  Devant l’urgence, ce projet de restauration fut proposé à un concours, celui du Grand Prix Le Pèlerin – Patrimoine, pour en faciliter le financement. (cliquer sur l’image pour en savoir plus).

L’AEICW a donc encore du pain sur la planche !

Avec l’été qui s’annonce, et une programmation culturelle qui avance à grand pas, l’AEICW ne doit pas baisser les bras. C’est pour ça que nous poursuivons de front d’une part la recherche de financements pour ces travaux à venir, grâce aux dons de généreux donateurs notamment, et d’autre part à une programmation culturelle pour faire rayonner l’objet de notre mission.

—oo0oo—

L’ordre du jour de l’AG 2021 était donc le suivant : 

  • rapport moral : adopté à l’unanimité
  • bilan de l’activité 2020 : adopté à l’unanimité
  • rapport financier 2020 du trésorier : adopté à l’unanimité
  • budget prévisionnel 2021 : adoptée à l’unanimité
  • montant des cotisations 2022 : reconduites à l’unanimité comme en 2021 :
    • 15 € (cotisation individuelle),
    • 20 € (cotisation groupée de deux personnes vivant sous un même toit)
  • renouvellement du tiers sortant et de nouveaux candidats au Conseil d’Administration : 3 nouveaux administrateurs ont été élus : Josette Gentilhomme, Jean-Claude Ringot, et Pierre Habert, 
  • perspective 2021 : cliquer sur le l’image ci-dessous pour en savoir plus

—oo0oo—

NOTRE ASSEMBLEE GENERALE DANS LES MEDIAS  :

 

 

Deux administrateurs (ou ex-administrateurs) nous ont quittés durant ce premier semestre 2021, et nous tenions à leur rendre hommage.

Hommage à Paul Stahl, décédé le 16 mars 2021

Le Président, au nom du bureau, du Conseil d’Administration et de tous les membres de l’AEICW, ainsi qu’à titre personnel, adresse à nouveau toutes ses condoléances à son épouse Nicole, sa famille et ses amis ! Outre tous ses engagements dans la vie wimereusienne, notre ami fut notamment un membre fondateur essentiel de l’Association des Amis de l’Eglise de l’Immaculée Conception de Wimereux , que nous regretterons. Son expérience du monde associatif dans la vie wimereusienne fut d’une grande pertinence pour mener à bien l’action de notre association et pour la conduire au succès que l’on connaît. Nous le regretterons en tant qu’administrateur, et en tant qu’ami. Son nom sera gravé à jamais dans les pierres de fondations de la restauration de l’Immaculée Conception, édifice municipal emblématique de Wimereux, carrefour cultuel et culturel essentiel à la vie de la cité. Il restera à jamais pierre vivante de cet édifice. Nous lui devons beaucoup !

Hommage à Monique Vandecrux, décédée le 1er juin 2021

Monique Vandecrux, notre amie et conseillère administrative de l’AEICW, nous a quittés. Elle restera toujours présente dans nos mémoires avec son sourire, sa discrétion mais aussi sa pertinence avec des propos pesés et mesurés, son dévouement, son tempérament toujours égal. Une battante malgré les aléas de la vie. Croyante et pratiquante, elle émerveillait l’assemblée quand elle arrivait pliée en deux aux offices sans jamais se plaindre. Repliée sur son déambulateur, et d’un pas décidé, on sentait sa volonté d’avancer, au sens propre comme au figuré. Si petite et si fragile de prime abord, surtout dans la maladie, elle donnait l’impression paradoxale, quand on la côtoyait plus longuement, qu’une force mystérieuse émanait d’elle et la grandissait. Cette force passait par son sourire accueillant et rassurant, par son regard étincelant, ouvert sur l’autre, élevé vers l’autre, malicieux et curieux de comprendre et d’aimer. Cette force passait par une approche lucide de la réalité, sans débordement d’émotion excessive pour ce qui la concernait, comme si l’important était ailleurs, dans l’autre qui la côtoyait plutôt qu’en elle. Cette force parlait de transcendance, car une transcendance l’habitait et l’amenait dans une perpétuelle espérance. Même dans la maladie, même dans la mort, si bien qu’après sa mort, elle semble toujours debout, et présente. Monique, une si belle leçon de vie !

Monique était née en Avril 1937, son père était médecin radiologue. Elle vivra à Tulle avec ses parents et ses 2 sœurs.

Malgré une polio qui se déclara pendant son adolescence, elle se battra malgré cette maladie pour achever ses études, et deviendra conseillère d’orientation.

Elle épousa Philippe Vandecrux ; ils auront 4 enfants : 3 filles et un garçon malheureusement décédé en 2010. Ils formèrent un ménage heureux. Habitant dans l’agglomération lilloise, ils venaient voir les parents de Philippe qui habitaient la « Villa les bambinos » à Wimereux.
Pour la retraite, ils s’installèrent à Wimereux face à la mer. Très tôt cultivée et toujours curieuse de tout, elle s’inscrit à la formation des guides régionaux, à 2 clubs de lecture l’un à la Mairie, l’autre entre amis (le CHAC) ; d’ailleurs jusqu’à ses derniers jours elle continuera d’assouvir sa passion : lire. Elle était investie dans le milieu associatif, car inscrite à l’Association des amis des Musées, à Renaissance du vieux Boulogne, au Charme de Wimereux, aux Amis de l’église de l’Immaculée Conception. Malgré sa fragilité physique, elle répondait présente lorsqu’elle le pouvait lors des différentes manifestations, pour aider, pour accueillir. Et qu’elle bonheur d’être accueilli comme elle savait le faire ! Elle aimait la musique aussi, et se déplaçait parfois aux concerts. C’est ainsi que je l’ai photographiée lors d’un concert, heureuse et fière de figurer aux côtés d’un grand chef d’orchestre, Hervé Niquet, chef de l’orchestre « le Concert Spirituel ».

Un cancer l’a emportée, sans pour autant qu’elle perde le moral, jusqu’au bout

En résumé, c’était une belle personne que tout intéressait culture, patrimoine, musique, culture religieuse, et si accueillante.

Monique et Paul sont et demeureront toujours deux pierres vivantes de notre monde associatif. Ils sont inscrits dans nos coeurs et nos souvenirs.

La première grande étape dans la vie de l’AEICW depuis sa création en 2013 !

La 1ère tranche des travaux de l’église étant officiellement achevée, l’ « Association des Amis de l’Eglise de l’Immaculée-Conception », fidèle à sa mission de récolte de fonds pour aider la Ville, propriétaire de l’église, à la restauration de l’édifice, a remis, ce 18 mai 2021, un chèque de 90.000 euros à Monsieur le Maire, Jean-Luc DUBAËLE.

Cette remise a été faite par Franck WEENS, Président de l’association, en présence de Monsieur Etienne CHATILLON, Trésorier de l’association et Guy BOUTLEUX, 1er Adjoint.

Créée depuis 2013, l’AEICW a réussi à collecter une souscription non négligeable pour la restauration de l’église de Wimereux (plus de 360 000 €).  Une première grande étape a été franchie ce 18 mai : après la réception des travaux et la présentation des factures acquittées, un premier chèque (de 90 000 €) a donc été délivré à la Mairie pour participation financière à la 1ère phase de restauration extérieure récemment achevée (parmi les 4 prévues), comme convenu selon la convention bipartite du 11/10/18. 

Ceci vient couronner 8 ans d’efforts importants pour faire connaître l’action de l’AEICW localement, régionalement, nationalement, au travers de contacts, de manifestations culturelles et animations avec une constante exigence de qualité.

Merci à tous les membres et donateurs de nous avoir permis ce résultat !

Bien entendu nos efforts ne s’arrêtent pas là, et nous vous remercions par avance de continuer à nous aider dans notre objectif.

Le Maire nous a informé de la démarche en cours de publication d’offres publics de marché pour la deuxième phase qui devrait démarrer au dernier trimestre 2021.

Après les quatre phases de cette restauration extérieure chiffrée à plus de 2 500 000 € au total, une restauration intérieure s’impose et nécessitera aussi un financement pour lequel l’association participera aussi…

Rappel des quatre phases de la restauration extérieure :

Phase IA : couvertures hautes – Phase IB : couvertures basses et les murs hauts de la nef – Phase IIA : le clocher et la façade principale – Phase IIB : façades « basses » : bas-côté, chapelles, sacristie, chevet, ancienne chaufferie.

 

Les médias en ont parlé …

 

 

Wimereux: les Amis de l’Église de l’Immaculée Conception ont collecté 90 000€ (pour la 1ère phase *)
Au cours de son assemblée générale, l’association (AEICW) a présenté son programme culturel et a (rappelé avoir *) remis un chèque à la municipalité de Wimereux.

Lydie George (Clp) | Publié le13/06/2021

(* : ndlr aeicw)

Les infatigables AEICW ont tenu leur AG annuelle dans les locaux du Christ Ressucité, au Baston, mesure de sécurité oblige. Si le chantier de l’immaculée conception avance à l’extérieur (…), l’intérieur nécessite de sérieux travaux également (…). La phase 2 (…) va débuter d’ici peu.

Franck Weens, président de l’association, a fait le bilan d’une année 2020 plus difficile que les autres, sans surprise. Malgré la pandémie, les confinements, les couvre-feu, les rassemblements limités, les annulations de spectacles, les AEICW ont comme toujours été actifs et créatifs. Rien ne les empêchera d’atteindre leur but. Réunions de bureau en visio-conférence et marché de Noël virtuels ne sont que deux exemples qui montrent la détermination du groupe.

90.000€ collectés par l’association!

Les actions qui ont pu se tenir, ainsi que les dons et les adhésions, ont abondé sérieusement la cagnotte. ce qui a permis, il y a quelques semaines, la remise d’un chèque de 90.000€ à la mairie de Wimereux. La somme est notable. Et ce n’est qu’un début car les AEICW sont partie prenante, avec la mairie et les collectivités, du règlement des factures. Cet engagement suscite l’admiration. « Deux associations de la région (Condette et Coudekerque-Village) nous ont contactés pour quelques conseils », communique Franck Weens.

De nombreux manifestations seront sources de financement en 2021. Un programme culturel dense commence le 26 juin: Guillaume Barli (violoniste) présentera la 1ère partie des Sonates et Partitas pour violon seul de JS Bach (20h30 Eglise du Christ Ressucité-Wimereux. Réservation vivement conseillée). Programme sur https://sauvonsleglisedewimereux.fr.

Lydie GEORGE CLP

Du 7 au 12 juin 2021 : Dépose du Chemin de Croix de l’église pour restauration

et résultat le 9 juin du jury du Grand Prix Le Pèlerin – Patrimoine

Le 7 juin dernier, le Chemin de croix de l’église, œuvre du sculpteur Claude Gruer, dont certaines sculptures – et une plus particulièrement – avaient été endommagées par des infiltrations d’eau, a été déposé en vue de sa restauration.

Le travail a été confié à Madame Christine BAZIREAU, restauratrice, qui a présenté le 11 juin le travail déjà accompli et restant à faire, aux Elus et aux Membres de l’Association des Amis de l’Eglise (AEICW).

Crédit photos : Mairie de Wimereux / Franck Weens

FOCUS SUR …

PROJET MISE EN VALEUR DU CHEMIN DE CROIX DE CLAUDE GRUER POUR SA RESTAURATION – PARTICIPATION AU GRAND PRIX LE PELERIN PATRIMOINE 2021
Une chemin de croix à la croisée des chemins de vie !

Le projet de restauration du Chemin de Croix de Claude Gruer a fait l’objet cette année d’une candidature au Grand Prix du journal Le Pèlerin – Patrimoine. Cette candidature a été retenue grâce au « vote populaire »  : un grand nombre de nos amis et membres se sont inscrits sur le livret de soutien en ligne pour encourager le jury à retenir se projet parmi 30 autres en France. Merci à ceux qui ont exprimé leur soutien !

Il fut récemment l’objet ensuite d’un vote de spécialistes…

Le verdict vient de tomber le 9 juin : nous n’avons, hélas, pas été sélectionnés. Mais ce fut une belle aventure ! Voici cependant les mots d’encouragement et de réconfort des responsables du journal « Le Pèlerin » : « Suite aux délibérations de notre jury qui a eu lieu le 9 juin, nous sommes au regret de vous informer qu’en dépit de son indéniable intérêt, votre dossier de candidature au Grand Prix Pèlerin du patrimoine 2021 n’a pas été retenu. Nous saluons votre investissement et vous souhaitons bonne chance dans votre engagement pour rénover ce très beau patrimoine… »

Nous tenons à remercier Chantal pour son investissement qui aura eu le mérite de sensibiliser à la nécessaire sauvegarde puis à la restauration de ce chemin de croix qui est aujourd’hui préservé et sauvé de dégradations plus graves !

Ceci a permis aussi de mettre en relief les dimensions et portées multiples de cette œuvre d’art : nous avons constaté ainsi que ce chemin de croix était à la croisée de nombreux chemins de vie !

  • Un chemin vers le Portugal : Une paroisse portugaise (Nossa Senhora do Monte de Caparica – Diocèse de Setúbal – Portugal), séduite par la présentation sur le site de l’AEICW du chemin de croix de Claude Gruer, a demandé l’autorisation d’en utiliser la reproduction iconographique pour sa prière du Vendredi Saint.
  • Un chemin vers la littérature : Claude Gruer a publié aux Ed. Normand en 1976 les photos de chemin de Croix avec les poèmes-méditations « Le Chemin de la Croix », de Paul Claudel, que l’écrivain avait rédigées, après un long séjour en Chine, dès son retour en France en 1911. Ce « Chemin de la Croix » de Paul Claudel fut interprété par de grands artistes : entre autres par Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault, ou plus récemment, Michael Lonsdale. C’est ce rapprochement avec la littérature initialisé par le sculpteur que l’AEICW prévoit de reproduire en programmant prochainement (après la réouverture de l’église au public !) un événement culturel autour d’un acteur invité pour en faire la lecture publique au pied de l’œuvre de Gruer, voire de l’enregistrer pour en faire le support d’un éventuel audioguide destiné à la visite ou à la méditation de ce chemin de croix.
  • Un chemin vers une vie de complicité de couple et de soutien mutuel : Toute l’œuvre de Claude Gruer est en fait le résultat d’un travail mené avec la complicité de son épouse, Marie-Madeleine. Avec leurs sept enfants (tous nés à Solesmes), la maison était remplie de musique, chacun avec son instrument ou sa voix. Jérôme, leur petit dernier, porteur de handicap, les entraînera dans une autre aventure que, toute leur vie, ils mèneront de front avec leur création artistique…
  • Un chemin de solidarité : Enfin, autant que son œuvre, l’AEICW est fière de mettre à l’honneur un artiste de notre temps, dont la vie sociale, au-delà de son talent artistique, témoigne d’un engagement permanent au service des autres. Claude et Marie Madeleine GRUER ont beaucoup fait avancer l’accueil pour les personnes handicapées : ils ont veillé à ce qu’il existe des structures adaptées au maintien des enfants auprès de leurs familles. Ils ont créé en 1971 ce qui est devenu aujourd’hui l’IME de Solesmes.

En résumé, ce simple chemin de croix nous entraîne bien loin sur d’autres chemins de vie… et de résurrections !

Autour de l’église de Wimereux, la culture est en ébullition !

Après une mise sous cloche de l’activité culturelle, imposée par un principe de précaution en période de pandémie, nous sommes heureux de pouvoir entrouvrir le couvercle de la marmite et vous laisser ainsi découvrir nos projets de culture, jusque là mis sous silence, mais qui sont restés en bouillonnement. Nous allons reprendre notre programmation culturelle, en vous proposant divers rendez-vous dès le 26 juin : il s’agit de temps de détente culturelle et de réflexion dans une ambiance estivale. Les sujets sont variés. Le haut niveau de notoriété des intervenants promet de belles rencontres pleines d’intérêt et passionnantes.

Bien entendu, ces événements se dérouleront dans le plus grand respect des normes sanitaires du moment dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

En 2021, la culture à Wimereux :
c’est plus que jamais autour de son église
que cela se vit !

du plus studieux au plus récréatif :
des rencontres, des spectacles…
tous les âges, tous les styles !

Comme vous le savez, l’église de l’Immaculée Conception de Wimereux est fermée pour cause de travaux. Mais les activités culturelles de l’AEICW ne s’endorment pas pour autant : exportées soit aux Salons de la Baie Saint-Jean à Wimereux, soit à l’église du Christ Ressuscité (à Wimereux) ou à l’église Saint-Pierre (à Wimille), elles se poursuivent plus que jamais, avec une programmation des plus alléchantes que nous avons mijotée pour vous.

Fermée depuis le 25 février 2019, pour une 1ère tranche de travaux qui vient de s’achever en début 2021, trois autres tranches devraient suivre, le public ne pourra plus la visiter pendant au moins 3 ans, sauf de manière virtuelle (pour cela : cliquer ici).

Mais l’intérêt culturel de l’église de Wimereux ne s’éteint pas ! Bien au contraire ! L’événement de l’église est à l’extérieur, à sa périphérie ! Pendant que la couverture continuera de faire l’objet de tous les soins dans la phase 2 d’une restauration plus que nécessaire, l’église fait toujours parler d’elle autour d’elle, grâce à une programmation culturelle éclectique et qui se veut de qualité.

Au travers de conférences, d’expositions, de fêtes, de marché de Noël, de concerts soit classiques (avec orchestres, solistes et choristes), ou encore de jazz, la vie est en ébullition à Wimereux autour et pour son église, afin de la faire apprécier, la faire connaître, et lui donner vie pour demain…

D’autres surprises (concerts ou conférences) sont encore « sur le feu », mais il est trop tôt pour en parler maintenant…

Au fil des mois …

DESCRIPTION DE LA SAISON 2021 :


cliquer sur les affiches pour accéder à la description détaillée de l'événement.


  • «
  • septembre 2021
  • »
  • 11Sep 20:30
    Mirabelle KAJENJERI : Récital Piano BACH CHOSTAKOVITCH BEETHOVEN CHOPIN

    Samedi 11 septembre 2021, 20h30, Eglise St-Pierre de Wimille Récital exceptionnel de la pianiste Mirabelle Kajenjeri (23 ans - Fr) - Evénement ...

  • 17Sep 20:30
    N. ROCHER : Jeanne d’Arc, sa fabuleuse histoire (spectacle conté)

    Vendredi 17 septembre à 20h30, église du Christ Ressuscité, 9 rue du Château à Wimereux. « La fabuleuse histoire de ...

  • 18Sep 10:00
    Atelier vitraux (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 18Sep 10:00
    Wimereux : de sable à pierre, via le fer : un viaduc, une gare, une église, une station balnéaire (JEP21)

    Du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, aux Salons de la Baie-Saint-Jean Wimereux : du sable à la pierre via le fer : un viaduc, une gare, une église, ...

  • 18Sep 10:00
    Le train et le viaduc de Wimereux, entre patrimoine et modernité (exposition) (JEP)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    « ...

  • 18Sep 10:00
    Atelier Tailleur de Pierres (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 18Sep 10:00
    Visite Virtuelle de l’église de l’Immaculée Conception en 3D (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Visite ...

  • 18Sep 10:00
    Les chantiers d’hier et d’aujourd’hui à l’Immaculée Conception de Wimereux, exposition

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    "Les ...

  • 18Sep 10:00
    Atelier Art Campanaire (cloches) et horlogerie monumentale, par Bernard Pascha (JEP 2021)

    Samedi 18 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier Art Campanaire ...

  • 18Sep 10:00
    Atelier Cierges (JEP 21)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 18Sep 17:00
    Parcours découverte : les villas balnéaires organisées autour du viaduc, de la gare et de l’église de Wx

    Samedi 18 septembre, 17 h, départ aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Parcours ...

  • 19Sep 10:00
    Atelier vitraux (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 19Sep 10:00
    Visite Virtuelle de l’église de l’Immaculée Conception en 3D (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Visite ...

  • 19Sep 10:00
    Atelier Cierges (JEP 21)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 19Sep 10:00
    Les chantiers d’hier et d’aujourd’hui à l’Immaculée Conception de Wimereux, exposition

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    "Les ...

  • 19Sep 10:00
    Atelier Tailleur de Pierres (JEP 2021)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Atelier ...

  • 19Sep 10:00
    Le train et le viaduc de Wimereux, entre patrimoine et modernité (exposition) (JEP)

    Samedi 18 et Dimanche 19 septembre, de 10h à 18 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    « ...

  • 19Sep 10:00
    Wimereux : de sable à pierre, via le fer : un viaduc, une gare, une église, une station balnéaire (JEP21)

    Du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, aux Salons de la Baie-Saint-Jean Wimereux : du sable à la pierre via le fer : un viaduc, une gare, une église, ...

  • 19Sep 15:00
    Concert « La musique nous met en train », par l’Harmonie municipale

    Dimanchei 19 septembre, à 15 h, aux Salons de la Baie Saint-Jean, rue Sainte-Adrienne à Wimereux

    Concert, ...

Événement musical pour ouvrir la saison culturelle 2021 de l’AEICW :

Les sonates et partitas pour violon seul
de Jean-Sébastien Bach
,

1ère partie de l’intégrale

par Guillaume Barli, membre de l’orchestre de la Garde Républicaine.

ce 26 juin 2021, à l’église du Christ Ressuscité de Wimereux (9 rue du Baston).

(2è partie de l’intégrale le 23 octobre)

Avec l’aimable participation de l’association Opalsinfonietta, la Paroisse Saint-Jean-du-Wimereux, la Ville de Wimereux.

Pour la restauration de l’église de l’Immaculée Conception de Wimereux

Il y a 300 ans, (si l’on ne compte pas l’année 2020, qui n’existe pas en terme de vie culturelle !), en 1720, Jean-Sébastien Bach composait la Bible des violonistes, les Sonates et Partitas…

L’on sait plus exactement que Bach composa cet ensemble de trois sonates et de trois partitas avant 1720, probablement dès 1717 ; mais il les rassembla en un manuscrit autographe intitulé Sei Solo per Violino senza basso accompagnato daté de 1720.

En cette année, il était Maître de Chapelle à la Cour du Prince Leopold d’Anhalt-Koethen …

NOUS VOUS RECOMMANDONS DE RESERVER A L’AVANCE CAR LES IMPERATIFS SANITAIRES IMPOSENT D’ACCUEILLIR LE PUBLIC AVEC UNE JAUGE REDUITE !

L’église du Christ Ressuscité

Construite en 1974 à Wimereux, dans le quartier du Baston, la petite église du Christ-Ressuscité ouvre ses portes pour ce moment culturel, afin de venir au secours de sa grande sœur, en soutenant une action qui vise à promouvoir la restauration de cette dernières, l’église de l’Immaculée Conception.

Attardons nous un peu sur l’église du Christ-Ressuscité : de style inspiré du mouvement Bauhaus,  quasiment monolithique en parallélépipède rectangle, elle est faite de panneaux de béton dans lesquels sont incrustés des claustra colorés qui laissent rentrer la lumière du soleil ; sa magnifique verrière abstraite (de François Chapuis) provient du couvent des Soeurs de Sainte Agnès d’Arras, et son « clocher », qui a la particularité d’être à l’écart de l’église, est construit sur un blockhaus de la seconde Guerre mondial ; il précède une immense croix de bois brut qui se dresse vers le ciel depuis le sommet de ce dernier. A l’intérieur de l’église, on découvre plusieurs oeuvres de Nicole Hémard

Bien entendu, cet événemet se déroulera dans le plus grand respect des normes sanitaires du moment dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Guillaume Barli – biographie

Né à Clamart en 1980, de parents musiciens, Guillaume Barli commence l’étude du violon à 7 ans à l’Ecole nationale de musique d’Issy-les-Moulineaux dans la classe de Tatiana Afanassieff. Il y obtient ses premiers prix de musique de chambre et de violon en 1994 et 1995.

Admis successivement au CRR de Paris dans la classe de Suzanne Gessner, puis au CNSM de Paris dans les classes de violon de Gérard Poulet et de musique de chambre de Christian Ivaldi et Claire Désert, il étudie l’harmonie, l’analyse, l’histoire de la musique et le piano, et obtient en 2002 son diplôme de formation supérieure avec mention très bien.

En Janvier 2006, il intègre le cycle de perfectionnement du CNSM de Lyon dans la classe de Vladimir Nemtanu. Il a bénéficié des conseils, au cours de master-classes de Tedi Papavrami, Régis Pasquier, Elisabeth Kogan et Maurizio Fuks. En 1999, il a gagné le 3ème prix du concours international de musique française Ernest Chausson de Ville D’Avray, présidé par Yehudi Menuhin.

Il s’est produit avec orchestre et en récital dans plusieurs salles françaises et étrangères : salle Cortot et salle Gaveau à Paris, salle Varèse à Lyon, Teatro Civico à Cagliari, salle Bronislaw Martinu de Prague, salle de la Philharmonie de Sibiu en Roumanie, théâtre de Tucuman et salle de concert du musée des Beaux Arts de Buenos Aires en Argentine, mais également à Jujuy, Argentine, San Nicolas, Argenine, Montevido, Paraguay, à Budapest, Hongrie, Qingdao, Chine …

Il est le partenaire de musique de chambre de Marielle Nordmann, Gérard Poulet, Hortense Cartier-Bresson ainsi que des musiciens de l’Orchestre National de France et de l’Orchestre de Paris.

Il s’est produit en concerto avec l’orchestre du CNSM de Lyon, la philharmonie de Sibiu, l’orchestre de Picardie, l’orchestre philharmonique de Tucuman. Il a créé le 2ème concerto du compositeur Juan Carlos Grupalli avec « l’Opal Sinfonietta », œuvre dont il est le dédicataire. 

Depuis plusieurs années, il participe aux festivals d’été : festival de l’Orangerie de Sceaux, Flâneries musicales de Reims, Roque d’Anthéron, Nuits catalanes de Perpignan, Nouveaux talents de Villers-sur-mer….

Il est membre du prestigieux Orchestre de Garde Républicaine.

Passionné par la pédagogie, Guillaume Barli est titulaire du Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur de violon dans les écoles de musique depuis 2008. Il enseigne au Conservatoire de Musique de St-Germain-en-Laye.

Les sonates et partitas pour violon seul de Jean Sébastien Bach

L’ensemble complet fut publié pour la première fois en 1843 par Ferdinand David. Elles furent composées par Bach en 1720, alors qu’il était employé à Cöthen, une période de sa carrière particulièrement fertile dans le domaine de la musique de chambre : outre les sonates et partitas, il y composa également les Concertos brandebourgeois, le Double concerto pour violon et les Suites pour violoncelle seul. (Wikipedia)

« J’aurais pu poursuivre ce travail toute ma vie », confie Bach dans une lettre où il s’entretient avec son ami Georg Erdmann de son poste de maître de chapelle (Kapellmeister) à la cour de Köthen (Saxe-Anhalt) au service du prince Léopold d’Anhalt-Köthen. C’est à cette période (1717 à 1723) qu’il écrit la plupart de ses chefs-d’œuvre, dont les Concertos Brandebourgeois, les Suites pour violoncelle, ainsi que les Sonates et Partitas pour violon seul…. Bach connaît bien le violon dont il est lui-même un interprète virtuose. Dans ses Sonates et Partitas, il lui confie à la fois la mélodie chantante et l’expression harmonique. Alors que les Sonates sont construites selon le plan des sonates d’église – en quatre mouvements (lent, vif, lent, vif) – les Partitas sont composées de mouvements de danse, empruntant le schéma baroque de la succession allemande-courante-sarabande-gigue. Quelques variantes apparaissent toutefois : une bourrée est substituée à la gigue dans la 1ère, tandis que la 3ème ne conserve du schéma traditionnel que la gigue pour dernier mouvement. (Medici TV)

Le mot du Président, en ce printemps 2021

Chers Amis de l’église,

 

 

Tout un trimestre nous sépare de notre précédente Newsletter. Plus d’un trimestre de silence apparent, mais rempli de démarches discrètes et importantes de la part du bureau et du conseil d’administration de l’association : ils ne sont pas restés inactifs, malgré un contexte social et sanitaire bien difficile à plus d’un an de pandémie.

Cette pandémie est cause de bien de préoccupations, de souffrances, de protections justifiées, de précautions indispensables et de mobilisations sanitaires énergivores. Et derrière cela, il y a un monde qui se déchire sur des prises de positions identitaires, tiraillé entre liberté personnelle et salut public, mais qui aspire à être catalysé par des vecteurs de dépassement de soi et de cohésion : un monde qui frémit à l’unisson et qui a une soif commune de vie, vie culturelle, vie spirituelle, vie de partages, vie de rencontres, vie associative, vie de projets, de retour à l’essentiel, d’ambitions, de don, de générosité, de transmission… Tout un monde de vie à construire autrement, ensemble… et où les associations y retrouvent leur rôle primordial à jouer. Dans le monde associatif, chacun prend conscience qu’il peut y être acteur à part entière de la construction du monde à venir.

Aujourd’hui, un printemps s’installe prudemment, un espoir de vie reprend, l’hiver pandémique s’éloignerait-il ?

 

L‘Association des Amis de l’église a le plaisir de vous annoncer :

 

 

  • que la première tranche des travaux de restauration est achevée, permettant d’offrir à l’édifice emblématique de la Ville :
    • une magnifique couverture d’ardoise bleu-bruyère provenant des carrières de Penrhyn (Pays de Galles) posée par l’entreprise Carré, et couvrant fièrement la nef et les chapelles latérales,
    • soutenue par une charpente solidement restaurée par la Société Battais
    • et avec un soubassement de maçonnerie tout neuf ou nettoyé, broché, rejointoyé, d’une blancheur lumineuse, grâce à la société Chevalier Nord, avec réalisation à l’identique de nouveaux éléments de décoration en pierre taillée du pignon (pyramidion, croix) ;
  • que l’AEICW, ayant reçu par la Mairie la totalité des factures de cette tranche acquittées, annonce officiellement le versement imminent de la somme de 90 000 € à la Ville, conformément à la convention signée avec celle-ci le 11 octobre 2018, comme contribution de l’AEICW dans le financement de cette tranche ;

  • que la 2e tranche des travaux, concernant la restauration des couvertures basses et des murs intermédiaires (entre les couvertures hautes et basses) est budgétée par la Ville. Celle-ci procède actuellement à l’offre de marché officielle pour envisager un début de chantier en fin d’année 2021. L’AEICW prendra sa part dans le financement d’une partie de cette phase ;

  • que la conservation-restauration du Chemin de Croix de Claude Gruer va devoir être entreprise cette année, en raison d’une dégradation importante de la première station, bien avant de commencer le reste de la restauration de l’intérieur de l’église prévue ultérieurement. Avec l’accord de l’affectataire (la paroisse) et de la Mairie (propriétaire de l’église), l’AEICW a recherché le meilleur expert en restauration de ce genre d’œuvre. Unanimement désignée, autant par le Conseil Départemental, que par la Commission d’Art Sacrée du Diocèse ou le Réseau Eglises Ouvertes Nord-de-France, c’est Mme Christine Bazireau qui a été présentée à la Ville qui l’a aussitôt mandatée pour cette mission. Elle a procédé à une étude diagnostique de ce chemin de croix et a réalisé un devis en vue d’une dépose urgente, d’un nettoyage, et d’une restauration des 14 stations. L’AEICW propose ce projet de restauration au Grand Prix du Pèlerin-Patrimoine 2021. Et nous comptons sur vous pour soutenir ce projet en cliquant ICI. Nous remercions l’association Urgence Patrimoine pour son soutien dans cette aventure. Notre petit projet leur a paru remarquable et a fait l’objet d’une publication dans la Gazette du Patrimoine. Sa présidente fondatrice, Alexandra Sobczack définit cette structure comme suit : « Urgences patrimoine œuvre de front pour la sauvegarde du patrimoine. ONG résolument populaire, elle se concentre sur toutes les actions de terrain, au plus près de nos territoires qui font et sont la France, car il n’y a pas de grandes ou petites causes à défendre. Surtout, il n’y a pas de grand ou de petit patrimoine : il y a LE patrimoine. Ce patrimoine commun est, ne l’oublions pas, l’ADN même de notre pays, comme il peut l’être dans les autres pays du monde. C’est ensemble que nous pouvons et devons lutter contre ce qui, trop souvent, relève du déni de patrimoine; et c’est ensemble que nous pouvons construire dès aujourd’hui le patrimoine de demain. » Un grand merci pour son soutien.

Quant à la programmation culturelle 2021, l’AEICW a du revoir à la baisse ses projets : le contexte pandémique ne facilitant pas la tenue de spectacle en milieu clos. C’est ainsi que les Glory Gospel Singers, qui devaient se produire à l’église de Wimille en juillet, ont du annuler leur tournée en Europe. Le concert de violon proposé en mai par Natacha Triadou est reporté. Cependant d’autres animations culturelles de qualités sont prévues ou en cours d’élaboration, avec notamment des conférences, spectacles, et concerts : elles feront l’objet d’une prochaine communication.

Enfin, vu les difficultés à pouvoir réunir un groupe de plus de six personnes dans un milieu clos dans un contexte de confinement sanitaire, l’AEICW a décidé de remettre son Assemblée Générale Annuelle pour le mois de juin.

 

Plus que jamais, l’Association des Amis de l’Eglise a besoin de votre soutien. Par votre adhésion annuelle, par votre don, nous pourrons poursuivre notre mission, celle qui se met dans les pas des bâtisseurs et donateurs, grands ou petits, comme autant de pierre vivantes qui se sont succédées pour l’édification de ce bâtiment depuis plus de 150 ans, et ont permis à l’édifice emblématique de Wimereux d’évoluer avec l’essor de la commune et de prendre sa place dans la vie de la cité, tant cultuellement que culturellement et socialement… Et c’est cette place que l’AEICW veut valoriser pour les génération à venir !